Rechercher dans ce blog

jeudi 31 mars 2016

11 #CPR Carnets de Petits Riens : Tu es sortie sous la pluie. Ça chatouille ! Ça chatouille ! Gouttes, gouttes, gouttelettes de pluie ! Chatouillez mon cou.

11 #CPR Carnets de Petits Riens : Tu es sortie sous la pluie. Ça chatouille ! Ça chatouille ! Gouttes, gouttes, gouttelettes de pluie ! Chatouillez mon cou !


Tu es sortie sous la pluie. Ça chatouille ! Ça chatouille ! 

Gouttes, gouttes, gouttelettes de pluie ! 

Chatouillez mon cou ! 

Chatouillez mon cou !


Aïe ! 

Ouille ! 

Ça me mouille !


Il pleut ! 

Il mouille ! 

C'est la fête à la grenouille !


Les gouttes chatouillent mon cou !

Vite ! Vite ! Ma capuche !


Flic ! Flac !

Évite les flaques !


Plic ! Ploc !

Cours avec tes bottes !


Et courir, courir sous la pluie !

Se presser !

Se dépêcher !


C'est l'heure de forcer le destin,

L'heure d'aller vers ses Petits Riens,

De rencontrer ses Petits Bouts !


Elles t'attendent !

Vite !

Vite !


Les escargots ont déserté le centre-ville. 

Pas de limaces non plus.

Aucun coassement de grenouille.


Mon manteau se mouille, mouille, mouille !

Les gouttes me chatouillent, touillent, touillent !

Papy à d'belles ....citrouilles, trouillent, trouillent !

La pluie me débarbouille, bouille, bouille !


Je suis en chemin. 


Les gouttes me chatouillent, touillent, touillent !


Il pleut de plus en plus fort. 

Vite !

Un détour !

Il me prend comme une petite faim.


Tiens ! 

Se mettre à l'abri dans la boulangerie. 

Ressortir avec le sourire.


Gouttes ! Gouttes ! Gouttelettes de pluie !

Je sors retrouver mes petites oisillonnes. 


Et ça, tu diras ce que tu voudras, mais toutes ces provisions de câlins en perspective, ce n'est pas Rien !


© Simone Rinzler | 31 mars 2016 - Tous droits réservés


Le livreur de Petits Riens a apporté du bonheur en fines gouttelettes À L'atelier de L'Espère-Luette



lundi 28 mars 2016

10 #CPR Carnets de Petits Riens : De Rien en Rien, je ne parvenais plus à Rien, sinon me dorer la pilule au Soleil De La Retraite.

10 #CPR Carnets de Petits Riens : De Rien en Rien, je ne parvenais plus à Rien, sinon me dorer la pilule au Soleil De La Retraite


De Rien en Rien, je ne parvenais plus à Rien, sinon me dorer la pilule au Soleil De La Retraite.

Rien que la semaine dernière, par exemple. Comme je n'arrivais À Rien et que je ne pouvais Rien faire, pas même profiter de mon farniente imposé par Mon Petit Rien Manquant, je me suis même allongée au Frêle Soleil d'Après-Midi D'Avant-Printemps, de mon lit.

J'ai ouvert la fenêtre. Les oiseaux se taisaient. Ils devaient faire la sieste, eux aussi. Puis j'ai commencé à changer de place. Je n'avais pas sommeil. C'était le milieu de l'après-midi. Je me suis décalée vers la gauche pour que les rares parties dévêtues de mon corps prennent la lumière. Comme le soleil n'entrait pas en ligne droite, pile sur mon corps allongé, je me suis tournée en travers du lit de façon à avoir les jambes et le visage au soleil. Il paraît que j'ai besoin de prendre le soleil. Je devrais davantage profiter du soleil, le regarder, ne pas aller le fuir à l'ombre comme je le fais toujours. J'aime être à l'ombre du soleil. Comme je n'ai jamais aimé m'exposer au soleil, j'ai eu du mal à tenir longtemps, à me faire caresser les jambes et le visage par le Petit Soleil Pâle. D'autant plus qu'il a commencé à faire frais.

Je suis redevenue un peu frileuse. De plus en plus frileuse. Pas tout le temps. Juste après les repas, un Grand Froid m'envahit et je dois m'allonger. Je ne tiens plus la position debout, pas plus que la simple position assise. Tout m'est effort et me demande une concentration hors du commun. Même les plus petites choses, la plus petite conversation. 

Je ne tiens plus debout. 

Alors je m’allonge.

Comme j'étais en pleine réflexion sur Mes Petits Riens depuis quelques jours déjà, j'ai composé mentalement Ce Petit Rien De Bain De Soleil De L'Avant-Printemps. 

J'y ai pris beaucoup de plaisir, allongée là, en travers de mon lit, vêtue de ma très jolie robe rouge et noire, les jambes nues, inondée par la Pâle Lueur du Soleil d'Après-Midi Presque Post-Hivernal.

Bientôt, je fus cependant gelée. Le Petit Rien n'avait été qu'un Tout Petit Rien du Tout, mais j'étais contente.

J'avais glané Mon petit Rien De La Journée. Il ne me restait plus qu'à l'écrire.

Mais j'ai attendu. Je n'ai pas pu. Je n'ai rien pu. Je suis restée étendue.

Comment cela fut-il possible ?

Mais, c'est que Mon Petit Rien Manquant faisait encore des siennes, et à cela, je ne pouvais Rien, sinon attendre que Ma Potion Fantastique fasse effet. Cinq longues semaines d'attente en perspective. Il y avait de quoi se démoraliser. 

Pourtant, l'avantage du Petit Rien Manquant, c'est que, quand tu attends, tu es tellement abattue par la fatigue que, figure-toi, tu n'as strictement Envie De Rien. À peine de Petits Riens, pour peu que tu les traques avec Ton Filet À Petits Riens.

Cela faisait des années que je ne manquais plus de Rien. 

De Rien De Rien. 

Mon Petit Rien Manquant était en équilibre, grâce à une Petite Potion Magique À Petit Rien Manquant. Je ne manquais de Rien. Tout allait donc plus ou moins bien. Le problème n'était plus jamais Ce Petit Rien Manquant. J'en avais perdu l'habitude et même jusqu'à toutes les sensations désagréables d'inconfort et de douleur indéfinissables.

Mais, imagine bien, que Mon Petit Rien avait recommencé à me manquer, malgré La Dose Quotidienne de Petite Potion À Petit Rien Manquant. Et, mieux encore !, je ne m'étais rendue compte de Rien. 

Tu te rends compte ! 

Je croyais que tout allait bien, que la fatigue n'était que passagère, que j'étais encore en convalescence d'une Énorme Bronchite De Compétition Suivie D'Une Vraie De Vraie De Grippe, qu'il était normal d'avoir du mal à se réadapter à la vie normale après de si jolies vacances au loin, à profiter de tous ces Petits Riens Qui Éclairent Le Jour Et La Nuit.

Et je me suis mise à tenir un Carnet de Petits Riens.

Un jour. Puis un deuxième, puis un troisième.

Sans me rendre compte de Rien.

Sans comprendre que l'Attention Aux Petits Riens Ne Venait Pas De Rien. Mais bien de quelque chose. De Pas Grand'Chose. D'Un Petit Rien Manquant Qui Recommençait À Manquer.

J'en étais à l'écriture de Mes Petits Riens, un par jour. Mine de Rien. Comme s'il ne se passait Rien.

Et, voilà-t-y pas que le vendredi, je passe chercher des résultats d'examen pour vérifier comment évolue un Gros Rien Qui N'Est Pas Très Bien Aux Reins. 

Magique ! 

Les analyses sont fantastiques.

On s'était inquiétés pour Pas Tout À Fait Rien, mais pour l'instant, il n'y avait Rien De Bien Grave À Ces Deux Reins De Rien.

Il suffirait de continuer à surveiller pour voir si ces Reins Vont Bien, sans plus s'occuper de Rien.

Mais, une autre ligne des résultats fut Une Très Mauvaise Nouvelle.

Oh ! Pas Grand'Chose. Rien de Bien Grave. 

Juste que Mon Petit Rien Manquant S'Était Remis À Faire Des Siennes. 

Et voilà qui me mit Le Moral À Zéro. Repasser par l'Attente Du Retour De l'Absence Du Manque De Ce Petit Rien, ce n'est pas Rien. 

Cela demande Une Patience Infinie.

Tu penses bien ! 

Il ne faut pas moins de cinq semaines pour que l'Ajout D'Un Petit Rien Au Dosage De La Potion Magique commence à faire véritablement effet.

Rien de grave, pourtant. On n'en meurt plus depuis longtemps. On sait soigner ça, très facilement. On surveille les analyses, régulièrement.

Mais Quel Choc ! Le Manque Du Petit Rien refaisait son apparition et j'allais avoir cinq bonne semaines à attendre pour Rien.

Mais, c'est que sous le coup de la nouvelle, on ne peut pas dire que cela ne m'ait fait Rien. 

J'ai été affectée plus qu'un brin.

Voilà que je perdais ma Légendaire Patience de Patiente Aux Hormones  Défaillantes. Tout allait donc recommencer ? 

Maudite Thyroïde De Rien En Charpie !

Rien de Rien !

Plus Rien !

J'allais réagir.

Ce n'est pas comme lorsqu'on ne peut Rien.

Alors, j'ai fait ce que j'avais à faire. 

À savoir, Rien. 

Sinon contacter mon médecin et avaler un Supplément De Ce Petit Rien Manquant. Et, de Petit Rien en Petit Rien, tout redevient un peu mieux de jour en jour. Et ça, ce n'est pas Rien. Même si ce n'est pas encore la fin. La Fin Du moins Que Rien.

"Cinq semaines !", te dis-je. "C'est loin d'être Rien".

Mais après, je serais Bien. On n'y verra Plus Rien.

Ce matin, pourtant, c'était loin de n'être Rien. 

Je me sens comme Une Chiffe Molle De Rien. Un Petit Chiffon De Rien Du Tout.

Et je n'aime pas bien.

Attends encore !

Un peu.

Demain.

Cet après-midi.

Ce sera certainement un peu Moins Que Rien. Tu n'en sais Rien.

Allez ! Attends bien. Encore un peu. Une minute, ou une heure, L'Air De Rien.

En attendant, reste bien au chaud. Profites-en bien. 

Dès que tu seras sur pied, dans Moins Que Rien, tu verras bien que ce n'était Rien.

© Simone Rinzler | 28-31 mars 2016 - Tous droits réservés

Le Manque d'un Petit Rien de Rien, et tout de suite, tu t'inquiètes et perds patience, et Tu Ne Fais Plus Rien À L'Atelier de L'Espère-Luette






samedi 26 mars 2016

9 #CPR Carnets de Petits Riens : J'ai eu toutes les peines du monde avec mes Petits Riens, cette semaine. Il se sont chamaillés et j'ai dûintervenir pour qu'ils ne fassent pas le souk à la maison.

9 #CPR Carnets de Petits Riens : J'ai eu toutes les peines du monde avec mes Petits Riens, cette semaine. Il se sont chamaillés et j'ai dû intervenir pour qu'ils ne fassent pas le souk à la maison.


J'ai eu toutes les peines du monde avec mes Petits Riens, cette semaine. Il se sont chamaillés et j'ai dû intervenir pour qu'ils ne fassent pas le souk à la maison.

- Moi ! Moi ! Pourquoi tu ne parles pas de moi ?
- Et moi ? Et moi ? On dirait que tu ne me vois pas !
- Moi ! Moi ! Je suis Le Plus Beau De Tous Les Petits Riens. Pourquoi tu ne dis Rien ?
- Bah ! Et moi alors ? Tu ne m'aimes pas, c'est cela ?
- Moi ! Moi !
- Moi-oi-oi-oi-oi-oi-OI !

Ça criait, ça pépiait, ça se jalousait ! Il y avait un boucan d'enfer. Tout le contraire de Petits Riens.

Alors, je les ai assis, tous autour de moi et j'ai pris le temps de m'occuper de Tous Mes Petits Riens. Ils voulaient la Célébrité, Voir Le Grand Monde, ils prétendaient qu'ils étaient Grands. A-t-on déjà vu des Grands Riens. Les Pauvrets. Ils ne savent encore Rien. Ils sont Tout-Petits, ce sont de Tous Petits Riens, Chacun Plus Petit Que Le Précédent. Ils ne savent pas encore qu'on ne sort pas comme cela, Pour Un Rien.

Pour pouvoir sortir, un Petit Rien doit être assez Grand. Il ne faut pas qu'il se la raconte. Un Petit Rien Vantard, ça ne mène à Rien Qu'Au Désespoir De Leur Créatrice. Une Petit Rien, ça doit être Un Petit Rien. Rien De Plus.

Peut-être que je les couve trop ? 

Mais cette semaine, ils étaient vraiment Beaucoup Trop Petits Pour Partir Seuls À L'Aventure Dans Le Grand Monde. 

Et puis, surtout, ils étaient bien trop nombreux, bien trop agités pour que je puisse prendre bien soin d'eux et les sortir Un Par Un. Ils n'ont pas vus que j'étais fatiguée. Un Petit Rien, c'est Tout Petit, ça ne pense qu'à soi. Et c'est bien normal. Mais il faut bien les éduquer avant de les laisser sortir. 

Tous seuls, sans surveillance, ils pourraient bien faire de Bien Grosses Bêtises, Sans Le Savoir. Ils sont si Petits, si naïfs, si confiants qu'Ils pourraient bien parler à n'importe qui, s'égarer dans la nature, se blesser. Et ils sont bien trop nombreux pour que je puisse bien prendre soin d'eux.

Alors, j'ai appelé Mon Amie et je lui ai demandé de l'aide. 

- Peux-tu m'aider à m'occuper de Mes Petits Riens. Parce que là, je n'arrive plus à Rien ! Un Petit Rien, plus un Petit Rien, plus encore Un Autre Petit Rien, c'est vraiment bien, mais là, je commence à fatiguer. Peux-tu m'aider à les élever ? Juste pour cet après-midi. Demain, j'aurai Quelqu'Un pour m'aider toute la journée. Mais là, je suis bien trop fatiguée et j'ai besoin que tu m'aides.

- Pas de problème, m'a-t-elle répondu. C'est à cela que servent les amis ! J'arrive tout de suite. J'enfile Mes Bottes de Sept Lunes et, toutes les deux, on va les mettre tous à jouer sous les Rayons D'Or Du Soleil De Printemps en papotant et en sirotant notre Breuvage De Printemps Préféré.

Elle arrivée en moins de deux, suivie et précédée de tous Ses Petits Riens À Elle.

On a ri ! On a ri ! On a ri !

On a papoté. On s'est souvenues du Temps Anciens, de quand on n'avait pas de Petits Riens, mais qu'on n'avait que des Ribambelles Joyeuses de Grands Touts et qu'on cravachait. On était des Stars !
Les Étoiles des Grands Touts. Et maintenant ?

Eh bien, maintenant, on est les Reines des Petits Riens.

Et on est Bien. Ensemble. Avec Tous nos Petits Riens.

Pendant que nous devisions, riions, buvions, Nos Petits Riens se sont amusés ensemble. Ils n'avaient plus envie d'avoir la vedette. Chacun était redevenu Son Propre Petit Rayon De Bonheur.

À la fin de la journée, comme je la raccompagnais, j'ai remercié Mon Amie.

- Sans Toi, je ne sais pas comment j'aurais fait. Je me serais noyée toute seule dans mon Grand Seau À Petits Riens. Merci ! Merci, Mon Amie.

Elle m'a répondu : Tu vois, ça tombait bien. Tu sais comme je suis. Jamais je n'aurais osé te demander de m'aider avec mes Petits Riens. Quand il y en a trop, j'en tremble, je n'arrive plus à me faire à tant de bonheur toute seule. J'ai besoin de partager. J'ai bien fait de venir avec Tous Les Miens, Tous Mes Petits Riens et tu as bien fait de m'appeler à l'aide. Tu m'as aidée, tu sais. Sans Toi, j'allais me noyer à la tête de Mon Petit Monde De Petits Riens.

- Ne t'inquiète pas. Je sais. C'est comme toujours. Quand l'une aide l'autre, ça fait toujours du bien à la première. On a toujours fait comme cela. Il n'y avait pas de raison que cela change avec tous ces Petits Riens !

Et ça, on a beau dire, ce n'est pas Rien.

© Simone Rinzler | 26 mars 2016 - Tous droits réservés 

La Révolte des Petits Riens, mais voyons..., ça se passe ici. 
On se partage Les Petits Riens À L'Atelier de L'Espère-Luette

De Petits Riens traînaient tous seuls sur le Grand Réseau. Je leur ai donné le goûter. 
Tu peux venir les rechercher quand tu veux. Ils t'attendent, Le Sourire À Leurs Lèvres De Petits Riens


mercredi 23 mars 2016

8 #CPR Carnets de Petits Riens : Ce matin, mes Petits Bouts de Petits Riens ont mauvaise mine. J'ai dû les câliner toute la nuit. Ils étaient inquiets, turbulents, agités.

8 #CPR Carnets de Petits Riens : Ce matin, mes Petits Bouts de Petits Riens ont mauvaise mine. J'ai dû les câliner toute la nuit. Ils étaient inquiets, turbulents, agités.

Ce matin, mes Petits Bouts de Petits Riens ont mauvaise mine. J'ai dû les câliner toute la nuit. Ils étaient inquiets, turbulents, agités. Rien ne semblait les calmer.

Alors, je les ai pris par la main, un par un, et j'ai joué avec eux. On a dansé la capucine, planté des choux avec le nez, mais Rien n'y faisait. Au moment de se coucher, ils semblaient toujours inquiets.

Je les ai pris dans mes bras, un par un, puis tous ensemble et encore un par un, et puis encore tous ensemble. On a redansé la capucine. Youh ! Les P'tits Cailloux !

L'un d'entre eux a commencé à fléchir les genoux pour s'accroupir. On est partis à rire. Youh ! Youh ! Les P'tits Cailloux. On a dansé. On a ri. On a plié les genoux. Mes Petits Riens avaient repris le sourire.

Ouf ! C'est que ce n'est pas Rien, quand Tes Petits Riens sont songeurs. Il faut des Trésors D'Invention pour les égayer, les protéger, les rassurer.

Quand je les ai couchés, j'avais un Petit Rien Confiant, calme et prêt à dormir. Mais l'autre Petit Rien ne disait Rien. C'était étonnant. Ce Petit Rien-là est toujours le plus confiant. Je n'avais pas l'habitude de le voir comme cela.

Alors, comme ça, Mon Petit Rien, on a du chagrin ? Mais qu'est-ce que tu as, Mon Petit Rien ? Rien n'a changé, tu le vois Bien. Tout est à sa place. Je suis là, moi ! 

Là ! Là ! Là... Viens t'asseoir près de moi, on va faire un gros câlin.

Alors, j'ai pris mon Petit Rien et je l'ai serré très fort contre Mon Cœur. Je sentais son Petit Cœur de Petit Rien battre contre le mien. Il s'est calmé. Je lui ai parlé, tout doucement, lui ai tenu les mains.

Et quand il a eu l'air confiant, je lui ai dit que j'allais le coucher, parce que, moi aussi, j'étais très fatiguée. J'avais eu une Grosse Journée sans Petits Riens, et ça, ça ne me va pas bien.

J'ai eu du mal à m'endormir. Si mes Petits Riens commencent à se faire du souci, me voilà bien !

Je me suis tournée et retournée dans mon lit. Une journée Sans Petits Riens Mignons, voilà une semaine qui ne démarrait pas bien. Il allait falloir que je pense davantage à améliorer le confort de Mes Petits Riens, si je ne voulais pas qu'ils s'étiolent.

Je me suis relevé, ai pris mes plus beaux brins de rotin et j'ai essayé de leur tresser un Panier De Petits Riens. Mais en cinquante ans, j'avais perdu la main.

Alors, j'ai pris du Fil de Lune, et je leur ai tressé une Couronne D'Argent à chacun. J'ai retrouvé une vieux Tout Petit Panier D'Osier que m'avait offert, il y a longtemps, un ami de chorale qui revenait de très loin et chantait à la vie sans s'occuper de ce que pensaient les autres. J'avais oublié son prénom, mais pas son visage, ni sa douce amitié.

Ce Petit Panier D'Osier, c'était parfait pour ce qu'il me fallait. Une couche cotonneuse pour y bercer mes Petits Riens. Voilà qui était bien.

J'ai travaillé une bonne partie de la nuit à chercher comment tapisser Mon Petit Panier D'Osier. 

Je me suis endormie le cœur fâché de n'avoir pas trouvé.

Au matin, j'avais trouvé. J'allais le tapisser de rosée sèche d'amour et de parfums de paradis. 

Quand j'ai vu ce matin que Mes Petits Riens n'étaient pas bien, je les ai pris par la main, par le cou, un par un. Tout doucement, j'ai dirigé leur regard vers la Couche des Merveilles. 

Quand ils l'ont vue, leur visage de Petits Riens s'est éclairé. Ils se sont précipités vers le Cocon Précieux.

A l'heure qu'il est, ils y dorment encore, un sourire à leurs Lèvres de Petits Riens. Je crois même qu'ils ont retrouvé..., mais oui !, le rose aux joues.

Ah ! Mes amis ! Quelle nuit !

Mais maintenant, tout le monde va bien chez Mes Petits Riens

© Simone Rinzler | 23 mars 2016 - Tous droits réservés 

Les Petits Riens sommeillent et c'est bien, À L'Atelier de L'Espère-Luette


mardi 22 mars 2016

7 #CPR Carnets de Petits Riens : C'est le bazar dans mon Panier de Petits Riens. Ils se chamaillent, se jalousent, se battent comme des chiffonniers. Mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ?

7 #CPR Carnets de Petits Riens : C'est le bazar dans mon Panier de Petits Riens. Ils se chamaillent, se jalousent, se battent comme des chiffonniers. Mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ?

C'est le bazar dans mon Panier de Petits Riens. Ils se chamaillent, se jalousent, se battent comme des chiffonniers. Mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ?

Eh bien, Rien. 

Je n'ai Rien fait pour mériter cela. Cela ne veut pas dire que je n'ai Rien fait. Mais que veux-tu, ils se battent, se chamaillent, se jalousent et je n'y peux Rien. Mais alors, Rien de Rien. Et tu sais bien que tu auras beau tenter de faire Quelque Chose, Rien ne se passera comme tu le veux.

- Il t'en faut de la patience, dis donc, avec Tes Petits Riens !

- Ah, ça oui ! Tu peux dire qu'ils n'en font qu'à leur tête. C'est bien simple, dès que tu en as plus d'un, tu n'es plus maître de Rien.

Mais alors, de Rien de Rien.

Alors, tu t'y fais bien, puisque tu n'y peux Rien.

© Simone Rinzler | 22 mars 2016 - Tous droits réservés 

Les Petits Rien font la Foire À L'Atelier de L'Espère-Luette


vendredi 18 mars 2016

6 #CPR Carnets de Petits Riens : Quand je me suis réveillée ce matin, il n'y avait rien. Rien que le chant des oiseaux, dans mon jardin.

6 #CPR Carnets de Petits Riens : Quand je me suis réveillée ce matin, il n'y avait rien. Rien que le chant des oiseaux, dans mon jardin.

Quand je me suis réveillée ce matin, il n'y avait rien. Rien que le chant des oiseaux, dans mon jardin. Oh ! Ce n'était qu'un Tout Petit Rien. Pas un hululement, ni même un croassement. Non. Rien qu'un petit chant d'oisillons qui pépiaient à gorge déployée de petits oisillons. J'aurais très bien pu ne rien entendre. C'était tellement petit, tellement mignon qu'il fallait avoir l'ouïe bien fine pour entendre ce Petit Rien.

Ils pépiaient, l'un après l'autre. Ils étaient au moins deux. Et si petits, pour faire de si petits pépiements à peine audibles. Il fallait au moins être une Maman Oiseau pour les entendre.

Moi qui ne suis pas oiseau, je les ai entendus, écoutés. Je me suis saoulée de leur petit chant de Rien du tout, de leur tout petit pépiement. Un petit pépiement de rien, de presque rien, et qui disait : "J'ai faim ! J'ai faim ! Je suis là ! Moi aussi ! Je suis là ! Maman Oiseau ! Viens nous donner à manger." Un Presque Rien. Un Petit Pépiement D'Oiseau.

J'ai eu bien de la chance de l'entendre, ce Petit Rien. La ville était calme. Je n'entendais que les deux oisillons. Ils étaient nichés dans l'abricotier. Et s'il n'y avait encore presque rien sur mon arbre fruitier, je savais qu'il était déjà habité. Et cela m'a emplie de joie pour la journée.

Ce soir, alors que j'écris, fenêtre fermée, j'entends encore ce Petit Rien. Le Petit Rien Du Retour À La Vie Printanière.

Entendre les oiseaux, c'est le privilège de celui qui a un Grand Écouteur À Petits Riens. Il suffit de le brancher sur la fréquence la plus basse et d'attendre. J'ai la chance d'être dotée de deux grandes écoutilles à broutilles.

Et oui ! 

C'est comme cela que j'entends les Petits Riens Du Jardin.

« Encore un Beau Matin », se dit-elle.

« Et Un Beau Soir », pensa-t-elle.

Et elle s'endormit, heureuse.

© Simone Rinzler | 18 mars 2016 - Tous droits réservés 

Les Oisillons chantent pour un Rien À L'Atelier de L'Espère-Luette




5 #CPR Carnets de Petits Riens : Quoi ? Tu n'as plus rien ? Non. Rien de Rien.

5 #CPR Carnets de Petits Riens : Quoi ? Tu n'as plus rien ? Non. Rien de Rien.

- Quoi ? Tu n'as plus rien ? 
- Non. Rien de Rien.

- Tu es sûre ? Même pas un Petit Rien Du Tout ?

- Non. Même pas un Petit Rien de Rien. Rien. C'est Tout.

- Tu es sûre ?

- Certaine. D'ailleurs, tu le sais bien. Je n'ai peur de Rien. Alors ce n'est pas un Petit Rien de Rien Manquant À L'Appel Qui Me Fera Changer d'Avis. Je n'ai Rien, alors aujourd'hui, ce sera L'Air de Rien.

- Alors, Rien ?

- Non. Rien. 
Rien de Rien.
Mais patiente jusqu'à demain.

On ne sait jamais, avec les Petits Riens. Ils n'en font qu'à leur tête. Il faut se plier à leurs désirs. Sinon, ils se fâcheraient pour un Rien. Et s'il y a bien quelque chose que je ne veux pas bien, ce serait de me fâcher pour un Rien. Se fâcher pour un Rien, ça ne vaut Rien. Mais alors, Rien De Rien.

- Alors, c'est Tout ?
- Eh, bien... Oui, puisqu'aujourd'hui, il n'y a Rien De Rien De Rien De Rien. Mais alors, Rien du Tout. 

C'est Tout.

- Même pas une petite photo ?

- Non. Rien.

- C'est tout ?

- Oui. C'est Tout. Et ce n'est pas Rien. 

Ah ! Et puis, tu m'énerves, à la fin. Tiens, pour que tu ne sois pas venue pour Rien, je te mets une Vieille Photo De L'Ancien Temps D'Avant-Le-Rien. Mais, c'est bien parce c'est bien Toi, tu vois !

Et voilà, encore un Presque Rien de bien ficelé ! 

On ne pourra pas dire que Je Ne Fais Rien.

© Simone Rinzler | 18 mars 2016 - Tous droits réservés 

Tu ne trouveras Rien de Rien, mais alors, Rien De Rien De Rien aujourd'hui  À L'Atelier de L'Espère-Luette
 

jeudi 17 mars 2016

4 #CPR Carnets de Petits Riens : Comment faire pour n'écrire que de Petits Riens ? Mais, c'est tout simple, voyons !

4 #CPR Carnets de Petits Riens : Comment faire pour n'écrire que de Petits Riens ? Mais, c'est tout simple, voyons !

Comment faire pour n'écrire que de Petits Riens ? 
Mais, c'est tout simple, voyons !
Il suffit de prendre un Petit Rien et de l'écrire, c'est tout.

Comme tu y vas, toi ! Mais comment tu le trouves, toi, ce Petit Rien ?

Oh, cela, c'est le plus simple. 

Il suffit de le choisir dans la Boîte ÀPetits Riens, parmi tous les autres Petits Riens, de le choisir, de l'admirer, de le chérir, de le nourrir, et de se l'offrir. Se dire que c'est son Petit Rien Du Jour, juste le sien, et de le choyer, le câliner, l'arroser de rosée de Petits Riens. Et d'attendre qu'il pousse, qu'il grandisse, à son rythme, sans se presser.

Car, vois-tu, un Petit Rien, ça se chérit, ça se dorlote. Il n'y a que lui qui te réconforte. Alors il faut bien en prendre soin. 
C'est précieux, un Petit Rien. 
Ça ne se force pas à coups d'engrais. 
Il faut avoir de la patience pour en attraper un.

C'est que ça n'est pas donné à tout le monde de trouver tous ces Petits Riens.

Tu vois, moi, celui-là, il a attendu quelques jours dans la Boîte À Petits Riens. J'ai attendu qu'il grandisse. Il était bien trop petit quand je l'ai trouvé. Alors, je l'ai veillé le temps qu'il fallait, jusqu'à ce qu'il soit prêt. 

Hier encore, il était encore bien trop petit pour sortir au grand jour. Je sentais bien qu'il n'était pas prêt et que je risquais de le faire mourir si je le sortais trop tôt.

Un Petit Rien, ça n'a l'air de rien, mais tu sais, ça s'entretient. C'est fragile, fugace, volatile. Il faut qu'il sente que tu ne lui veux que du bien. Sinon, il s'éteint, il perd son éclat et s'étiole au moindre coup de vent et, bien pire, il se fane au moindre rayon de soleil sucré.

Mais, dis donc, j'y pense !

Tu ne voudrais pas, toi aussi, te faire une Boîte À Petits Riens ?

On les promènerait ensemble, on se raconterait nos histoires de Petits Riens. On serait bien.

© Simone Rinzler | 17 mars 2016 - Tous droits réservés 

Les Petits Riens s'apprivoisent au jardin À L'Atelier de L'Espère-Luette


dimanche 13 mars 2016

3 #CPR Carnets de Petits Riens : Que sais-tu de l'aventure tant que tune l'as pas expérimentée, Petit Scarabée ?

3 #CPR Carnets de Petits Riens : Que sais-tu de l'aventure tant que tu ne l'as pas expérimentée, Petit Scarabée ?

Que sais-tu de l'aventure tant que tu ne l'as pas expérimentée, Petit Scarabée ?
Oh ! Je sais bien que je ne sais rien. Mais j'adore essayer !
Alors j'ai essayé, essayé, essayé.

Parfois, ça n'a rien donné, parfois, c'était bien. Et tout cela, c'est resté, dans mon Petit Baluchon d'Expériences.

Ne t'inquiète pas de la taille de mon Petit Baluchon. Il est encore léger. Il y reste encore plein de place pour apprivoiser la légèreté du monde.

Mais, ça, c'est parce que j'ai un Joli Petit Filet À Papillons D'Expériences Toutes Jolies. Ses mailles sont très fines, légères, comme des bulles de rosée.

Et tu sais quoi ?

Mon Joli Petit Filet À Papillons D'Expériences Toutes Jolies, c'est un sacré Joli Petit Filet À Papillons D'Expériences Toutes Jolies. Il attrape même les senteurs. Il capte le souffle du vent, et même, chuchote-t-on, les ailes des Anges et les couleurs des Démons. Il ramasse tout ce qui fait mon bonheur.

Tu veux que je te le prête, juste pour essayer ? Je te montrerai comment fabriquer le tien.

Parce que tu sais, Un Joli Petit Filet À Papillons D'Expériences Toutes Mignonnes, ça ne se donne pas, ça ne se vole pas. Ça se fabrique avec la toile de ses rêves. Ça prend du temps, pour se faire une Joli Petit Filet À Papillons À Soi En Fil De Soie Brodée. Il faut en passer par des épreuves terribles. 

Apprendre à être léger, tout léger, comme une plume. Voyager sans photographier. Regarder sans voir et voir sans regarder. S'embaumer d'ambiance et se repaître de silence. Et jamais, jamais, ne se laisser happer par des rêves et des bavardages qui ne sont pas les tiens.

S'émerveiller d'une boule à paillettes allumant le regard d'une petite enfiévrée. Humer la senteur de la jacinthe entêtante qui débouche les petits nez. Tomber en pâmoison devant un petit pot de campanules d'un violet indécent.

Et rire, rire, de sa journée sans karma, le lendemain, quand l'orage qui grondait est passé et qu'il ne s'agissait que d'une toute petite bise d'inquiétude.

Prendre le monde à la légère, rester léger, s'envoler.

Et écrire l'odeur retrouvée des jacinthes trop ouvertes. S'embaumer de senteurs oubliées. Les senteurs de l'enfance refusée. Retomber dans l'enfance de son art, sans avoir l'air d'y toucher, comme un rien, sans se donner de mal. 

Succomber à l'odeur retrouvée. 

L'odeur du bonheur.

© Simone Rinzler | 12 mars 2016 - Tous droits réservés 

Les Petits Riens s'attrapent Au Filet Joli À L'Atelier de L'Espère-Luette

Quelque part au Rajasthan - Février 2016 

samedi 12 mars 2016

2 #CPR : Carnets de Petits Riens : Ce matin, je me suis levée, j'ai misma plus belle robe noire et je me suis préparée avec soin un bon petitdéjeuner d'amour.

2 #CPR : Carnets de Petits Riens : Ce matin, je me suis levée, j'ai mis ma plus belle robe noire et je me suis préparée avec soin un bon petit déjeuner d'amour.


Ce matin, je me suis levée de bonne heure, de bonne et belle humeur, j'ai mis ma plus belle robe noire, douce et chaude, et je me suis préparée un bon petit déjeuner d'amour. J'ai le cœur léger, mes bronches se sont enfin désencombrées, mon dos est un peu moins coincé des courses stupides d'hier, je me sens aérienne.

Il ne faut pas que je rate ma journée !

C'est que c'est une journée très importante. Je vais aller enterrer ma dépression.

J'irai sur les pentes du Mont-Valérien ; j'y suis déjà en pensée.

Je lui dirai : "Adieu", une dernière fois, avant de la mettre en terre, au jardin des souvenirs.

Puis, je rentrerai chez moi, ou pas. Qu'importe quand on a le cœur léger.

"Petite dépression, tu es libre ! Je n'ai plus besoin de toi pour me protéger. J'ai retrouvé l'amour et la légèreté.
Pars en paix.
Je reviendrai parfois déposer un bouquet sur ta stèle, en souvenir de toi. Tu sais, tu n'as pas à t'inquiéter.
Je ne t'oublierai pas.
Promis.
Tu peux rester en paix.
Adieu !"

Et j'irai m'acheter des fleurs, des jacinthes odorantes, entêtantes, roses, comme le bonheur. Ou des gerberas, pourquoi pas ?

Non, des primevères, des roses.

Des brassées de violettes !

C'est la fête des fleurs, la fête du bonheur, la fin des sanglots retenus.

Peu importe ce qu'on achète. Des bonbons ou des fleurs. De la viande ou du pain ou des jouets.

Pas besoin d'acheter, d'ailleurs.

Moi, je me suis déjà fait mon petit bonheur.

Ça ronronne fort dans mon petit cœur.

Et toi ? Qu'est-ce que tu as fait pour toi ?


© Simone Rinzler | 11 mars 2016 - Tous droits réservés
Les Petits Riens se ramassent à la pelle.  Le Printemps est hâtif À L'Atelier de L'Espère-Luette




vendredi 11 mars 2016

1 #CPR Carnets de Petits Riens : J'ai retrouvé la flânerie, trop longtemps délaissée, ce matin même...

1 #CPR Carnets de Petits Riens : J'ai retrouvé la flânerie, trop longtemps délaissée, ce matin matin même...


J'ai retrouvé la flânerie, trop longtemps délaissée, ce matin même.
Je l'avais si longtemps cultivée, puis l'avais oubliée.
Je l'ai retrouvée, comme une bonne vieille copine que j'aurais quittée la veille. Elle ne m'avait pas oubliée. Nous avons eu tant à nous raconter.

© Simone Rinzler | 10 mars 2016 - Tous droits réservés 

Les Petits Riens se consignent sur carnet virtuel À L'Atelier de L'Espère-Luette

Quelque part au Rajasthan - Février 2016

dimanche 6 mars 2016

0 #CPR Carnets de Petits Riens : Dans mon petit baluchon d'expérience, quoi qui gn'a ?

0 #CPR Carnets de Petits Riens : Dans mon petit baluchon d'expérience, quoi qui gn'a ?


Dans mon petit baluchon d'expérience, quoi qui gn'a ?

Oh ! Tout plein de choses...

J'ai fait un petit tour en avion,
Dix grands tours en autocar,
Un petit tour de Jeep,
Et même... un gran-an-and tour d'éléphant !

- Ah ! Oui ! Je vois ! T'as encore fait du manège, toi !

- Pas du tout !
Tu n'y es pas du tout !

J'étais au pays des dromadaires, des chameaux, 
Des éléphants, des rats et des Maharajas,

J'ai même fait un tour en calèche,
Un p'tit tour de rickshaw,

Noué des saris, 
Me suis roulée sur des tapis de soie,

Tu vois,
J'étais au pays d'Inde, 

Au pays des paons et des vaches,
Sacrées,

Il n'y a pas si longtemps,
Au Rajasthan.

© Simone Rinzler | 6 mars 2016 - Tous droits réservés

Et hop !, un petit tour de ritournelle À L'Atelier de L'Espère-Luette