Rechercher dans ce blog

mardi 26 avril 2016

29 #CPR Carnets de Petits Riens : En rangeant la vieille maison, nous avons jeté des vieilleries immondes que nous ne voyions plus, tant elles faisaient partie du paysage intime. Nous les avons remplacées par quelques nouveautés, plus pratiques, bien plus jolies. C'était une bien jolie semaine, Pleine de Touts Petits Riens Du Changement Qui Fait Du Bien.

29 #CPR Carnets de Petits Riens : En rangeant la vieille maison, nous avons jeté des vieilleries immondes que nous ne voyions plus, tant elles faisaient partie du paysage intime. Nous les avons remplacées par quelques nouveautés, plus pratiques, bien plus jolies. C'était une bien jolie semaine, Pleine de Touts Petits Riens Du Changement Qui Fait Du Bien.

En rangeant la vieille maison, nous avons jeté des vieilleries immondes que nous ne voyions plus, tant elles faisaient partie du paysage intime habituel de cet endroit très rustique. Nous les avons remplacées par quelques nouveautés, plus pratiques, bien plus jolies. 

C'était une bien jolie semaine, Pleine de Touts Petits Riens Du Changement Qui Fait Du Bien.

On a bien raison de dire qu'il faut changer ses habitudes, son environnement. La légèreté qui s'en dégage est assez étonnante. 

Je n'aime ni jeter, ni trier. Ce retour sur le passé semble toujours gêner la progression vers l'avenir. Mais il arrive un moment où il faut passer à l'action. Vider, ranger, nettoyer, passer l'aspirateur, même !

Aie ! Ouille !
Quelle horreur !
Les mains dans la poussière toute la journée.

Toute la journée ?

Voyons, voyons ! Tu exagères encore, toi !... À moi, on ne l'a fait pas. Puisque Toi, c'est Moi !

Non, pas toute la journée, voyons, mais tu vois, pour moi, ça me paraît une éternité dès qu'il faut ranger, laver, nettoyer. Comme je déteste cela !

Et pourtant, ce fut l'occasion de récupérer la liberté d'un espace rangé, clair, agréable, joliment décoré, nettement moins rustique, certes, mais bien plus agréable.

Qui sait ?

Ces changements ont peut-être été à l'origine de l'avancée vers la couleur transparente de l'aquarelle, si longtemps reportée que moi-même, je ne croyais plus qu'un jour je me lancerai à y aller.

Cela faisait si longtemps pourtant, que je disais que j'avais envie de faire moi aussi des  « croûtes » et de les exposer chez moi, comme tous ceux qui peignent et dessinent et accrochent d'infâmes tableaux de fleurs, de paysages et de chaumieres perdues au fin fond de la campagne, forcément verdoyantes.

Voilà, j'ai saute le pas des Petits Riens Colorés.

Certes, j'ai travaillé sans modèle, sinon le souvenir d'une photo un peu ratée prise au détour d'un chemin alors que j'avais perdu mes compagnons d'équipée sauvage à vélo pour cause de motorisation de Mon Pégase vélocipédique grimpeur de côtes.

Cette photo n'était pas mal cadrée, mais le ciel en était désespérément gris étal. Pas même un relief argenté. Alors, de retour à la masure modernisée d'année en année, et après m'être reposée de ce pédalage effectif malgré l'assistance, une fois la caverne rangée, décorée, modernisée, les invités, amis et petits-enfants et enfants d'ami repartis, j'ai profité de mon premier jour de liberté pour colorier le monde trop gris, me faire Un Petit Rien De Ciel Rosé, Orangé, Bleuisé, Aquarellisé, Ma Première Croûte D'Aquarelle.

Et là, quel bonheur !

Un Petit Rien n'arrivant jamais seul quand tu forces le destin, je me suis même décidée à tenter de ne travailler qu'un fond d'aquarelle pour comprendre comment le pigment se dilue, se mélange, se foncé ou s'éclaircit. Ce fut mon deuxième essai, abstrait, donc sans aucune faute de composition du paysage, puisqu'il n'y en avait pas.

Après un instant d'hésitation, un petit déca de réflexion, le pli était pris. Je n'allais pas m'arrêter là. J'avais encore Un Autre Petit Rien D'Aquarelle À Tenter. Plus simple. Juste une maison, quelques pins et buissons, un ou deux massifs de fleurs ou de graminées, et surtout le travail de l'ombre, des couleurs de la maison et de son toit.

J'en étais déjà à mon Troisième Petit Rien De La Journée. C'était Bien Plus Que Rien. Une activité calme, tranquille, sans langage, une activité vraiment reposante, de la détente sans contrainte autre que technique ou plutôt, d'absence de révision de la technique.

Aujourd'hui, pas de peinture. Nouvelle arrivée. La maison est rarement longtemps vide.

Mais après avoir fait découvrir les magnifiques changements à nos visiteuses, je suis remontée dans notre chambre pour y rechercher quelques minuscules vases en poterie. Des Vases À Petits Bouquets De Rien.

La semaine dernière, dans un coin sombre de la forêt avoisinant le village où nous avons fait une pause pour le goûter, nous avons découvert des tapis de violettes.

Depuis l'épisode des jacinthes roses, je rêvais de me faire, comme autrefois, Un Très Joli Petit Bouquet Rond De Violettes et un Tout Petit Bouquet De Coucous. Mais, dans le pré à côté, il n'y avait que quelques pales violettes d'un bleu délavé et trop eu de coucous pour ne pas appauvrir le paysage de mon réveil.

Pou pouvoir aller cueillir ces violettes et faites ces bouquets, en y ajoutant aussi un bouquet de pâquerettes jolies, il me fallait ressortir mes minuscules vases en poterie vernissée.

Le Petit Rien Du Jour, mais, ça a été le lavage de ces vaselets pour tous petits bouquets, bien sûr.

La cueillette des violettes attendra l'occasion qui se présentera.

Dès demain, Mes Toutes Petites Poteries trôneront sur la cheminée.

Et ce sera bien.

© Simone Rinzler | 26 avril 2016 - Tous droits réservés 

C'est dans les Toutes Petites Poteries De Rien Que Se Font Les Jolis Bouquets de Petites Fleurs Toutes Simples À L'Atelier de L'Espère-Luette